Les Suisses ont une attitude positive à l’égard de l’entrepreneuriat mais peinent à passer à l’acte, avec des nuances en fonction des régions linguistiques. Des efforts significatifs doivent pourtant encore être réalisés pour stimuler l’entrepreneuriat chez les jeunes et soutenir les femmes dans leur création d’entreprise.

Selon une enquête réalisés par la Haute école de gestion de Fribourg, 44% des Suisses (contre 41% pour les autres économies basées sur l’innovation) pensent disposer de suffisamment d’expérience et de compétences pour créer une entreprise et seuls un tiers d’entre eux (contre 40%) pourraient y renoncer par peur d’être confrontés à un échec. Malgré cela et de bonnes conditions-cadres, ils sont seulement 7,3% à s’être lancés dans l’aventure entrepreneuriale au cours des trois dernières années (contre 8,5% pour les pays comparables).

 

Une véritable option de carrière?

Pour la plupart des Helvètes âgés de 18 à 64 ans, l'entrepreneuriat ne fait clairement pas partie des choix de carrière. Ils sont seulement 40% à considérer qu’il s’agit d’une véritable option professionnelle, contre 79.2% aux Pays-Bas, 64.5% en Israël et 63.4% au Portugal. Une observation confirmée chez les 18-24 ans qui ne sont que 3.1% à vouloir se lancer dans une telle voie, faisant pointer la Suisse en queue de peloton, au 18ème rang des 22 pays dont l’économie est basée sur l’innovation. Signe d’un manque de confiance en soi? D’une volonté de gagner en expérience avant de se lancer? Ou du fait que ce groupe d’âge n’est pas prêt à quitter sa zone de confort et préfère un statut d’employé?

Ces résultats montrent qu’en Suisse, le développement de la culture entrepreneuriale a encore un fort potentiel de progression. Ils laissent penser qu’aujourd’hui encore les incitations et les formations entrepreneuriales sont insuffisantes. Elles mériteraient d’être développées à plus large échelle et ce, dès la scolarité obligatoire afin de montrer aux plus jeunes que l’entrepreneuriat constitue bel et bien une option de carrière attractive. Plusieurs initiatives de la HEG-FR vont dans ce sens et tentent de stimuler la fibre entrepreneuriale des adolescents.

 

Les Romands plus enclins à vouloir se lancer dans l'aventure

La comparaison des attitudes entrepreneuriales selon les régions linguistiques montre que la crainte de l’échec est plus faible en Suisse alémanique (31,8%) qu’en Suisse romande (39%). Cependant les Romands sont un peu plus nombreux à vouloir lancer leur entreprise (8,8% contre 6,7% d’Alémaniques). Le taux de chômage plus élevé dans les cantons latins, notamment chez les jeunes, a  probablement une incidence sur les intentions de créer sa propre entreprise et de gagner en indépendance. Les nombreuses structures d’accompagnement des startups et de soutien à l’innovation, notamment sur l’arc lémanique, participent également au dynamisme des entrepreneurs romands.

 

Soutenir l’entrepreneuriat féminin

En Suisse, c’est dans les secteurs de la santé, de l'éducation, des services publics et sociaux que la plupart (27,2%) des entreprises se sont créées en 2015. Les nouveaux entrepreneurs suisses sont majoritairement masculins, âgés de 35 à 44 ans. Un profil-type qui confirme que des efforts doivent être entrepris en direction des jeunes générations, mais également envers l’entrepreneuriat féminin. Il est impératif de soutenir encore davantage les Suissesses dans le développement de leur initiative entrepreneuriale; à l’exemple d’un appui aux programmes de réinsertion après les congés maternité. L’économie de la Suisse a tout à y gagner.

Le Global Entrepreneurship Monitor (GEM) est la plus importante étude internationale en matière d’entrepreneuriat. Son volet helvétique est piloté par la Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR) qui a réalisé une enquête auprès de plus 2000 personnes pour sonder l’attitude et l’activité entrepreneuriale du pays.