Bien que ses ventes se soient accrues dans sa gamme de machines destinées à la microtechnique, le fabricant de Moutier enregistre un recul de son chiffre d'affaires et, ce qui est plus grave, de ses entrées de commandes.

Concrètement, la chute du chiffre d'affaires net atteint 17% et l'entrée des commande a reculé dans des proportions semblables. Pour le fabricant de machines-outils prévôtois, la lueur d'espoir découle des mesures de restructuration lancées au cours de ces dernières années. Le recentrage sur la microtechnique et le développement de machines à plus importante capacité d'usinage commencent à porter leurs fruits. Les ventes de son nouveau modèle monobroche NanoSwiss à poupée mobile destiné aux industries microtechniques, à l'horlogerie fine, à la miniaturisation des dispositifs industriels et aux objets de la vie courante ont le vent en poupe. Concrètement, elles ont progressé de 80% en 2016 par rapport à l'année précédente. Les efforts de l'entreprise à renforcer sa gamme de produits dans le haut de gamme n'a pas atteint les résultats escomptés. Cette évolution a eu comme conséquence que le secteur des services a progressé de 5% en chiffre d'affaires au cours de l'année 2016 par rapport à 2015.

C'est au deuxième semestre 2016 que le fabricant (encore) bernois de machines-outils a glané quelques succès bienvenus dans une conjoncture générale un peu morose. Par rapport à la période correspondante de 2015, les entrées de commandes ont été supérieures en quantité, mais malheureusement pas en prix. La demande, à nouveau en augmentation, des produits de milieu de gamme démontre que les efforts de recentrage de son catalogue de produits vont dans le bon sens. Cela ne suffit malheureusement pas pour que l'exercice 2016 présente des comptes bénéficiaires. Les pertes enregistrées en 2016 sont annoncés par le groupe dans une plage de quelques millions, tant pour ce qui est du résultat opérationnel (EBIT) que du résultat net.