Les entreprises nord-américaines exploitent les largesses des pays pas trop regardants avec la conformité des fonds avec les autorités fiscales.

Une nouvelle étude de l'organisme Oxfam démontre que les 50 plus grands groupes nord-américains ont placé plus de 150 milliards de dollars dans les paradis fiscaux. Même si cette pratique d'optimisation et de soustraction fiscale n'est pas vraiment illégales, elle laisse un goût amer dans l'esprit de la population qui a du mal à accepter de telles pratiques qui va à l'encontre de l'intérêt de la population mondiale.

Même si cette pratique d'optimisation et de soustraction fiscale n'est pas partout illégale, elle laisse comme un petit goût amère dans l'esprit des gens qui se conforment scrupuleusement aux règles en vigueur dans leur pays. Selon les estimations du cabinet d'audit Oxfam, en 2015, les montants ayant profité des failles du fisc américain ont progressé de 200 milliards de dollars en 2016. Plutôt que de s'acquitter d'un taux d'imposition de 35% comme cela est usuel aux Etats-Unis, les grands groupes américains qui en profitent ne paient en moyenne qu'un taux de 25,9%. Les cabinets de relations publiques ont dépensé pas moins de 2,5 milliards de dollars dans des opérations menées par des groupes de pression au sein de l'administrati9n américaines. Sur ce montant, 325 millions de dollars auraient été utilisés pour influencer les convictions des politiciens sur les questions fiscales.