Même dans des métiers très demandés, le taux de chômage réel défini selon les critères de l'Organisation internationale du travail (BIT) est plus élevé que ce qu'indiquent les statistiques officielles du chômage publié par le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco), qui indiquait un taux de 3% en juin 2017.

En Suisse, il est environ 1,5% plus élevé. Il n'est pas rare que des personnes qualifiées se retrouvent dans une situation précaire après des années de galère. En Suisse romande, à l'exception des cantons de Fribourg et du Valais, le taux de chômage dépassait 4% en juin 2017, indique le Seco dans ses statistiques. Avec une pointe à plus de 5% dans les cantons de Neuchâtel et de Genève. Suivent le Jura et Vaud avec respectivement 4,3 et 4,2%.

Nombreux sont les chômeurs qui n'arrivent pas à trouver un emploi du jour au lendemain, et même d'un mois ou d'une année à l'autre. Après un certain laps de temps, les personnes qui ne retrouvent pas de travail sortent du statut du chômeur pour tomber à l'aide sociale. Et dans une telle situation, ils ne bénéficient plus des aides et du soutien qui est accordé à ceux qui sont dans un tel cas.

Continuer ses recherches après de nombreux mois de recherches infructueuses m'est pas forcément le signe que la personne qui se retrouve dans une telle situation est pugnace et pourra aussi l'être dans son travail au service d'un employeur potentiel. Pour les personnes qui vivent un tel calvaire, il est important de ne pas se décourager et d'employer tous les moyens pour se raccrocher à un emploi parfois provisoire en attendant d'un retrouver un qui soit stable. En réalité, il faut bien se mettre dans la tête que celui qui se retrouve dans une telle situation n'est qu'un sans emploi au statut temporaire.

 

Se hisser aux première loges

Ce n'est pas parce que l'on est au chômage que l'on a perdu le droit de s'accrocher à son métier. Il s'agit donc de participer à un maximum de réunions et de séminaires professionnels pour rester au courant des récentes évolutions, continuer à affiner ses connaissances et se faire voir dans les milieux professionnels. Il s'agit d'un moyen de démonter que l'on existe encore et que ses interventions dans le cadre professionnel sont le signe de ses qualités et compétences du sujet qui y est traité.

Quand un emploi se libérera ou se créera dans une entreprise, son nom va ainsi automatiquement revenir sur les lèvres d'anciens collègues ou personnes bien informées. Le chômeur se retrouvera alors aux premières loges pour décrocher un emploi dans l'entreprise.

 

L'âge, un réel handicap?

Malgré la vague du jeunisme qui sévit un peu partout sur le marché de l'emploi, pour bon nombre d'entreprises, le fait d'employer une personne d'âge mûr présente aussi un véritable avantage. Elle est un symbole de stabilité, d'expérience sociale et professionnelle ainsi que de résilience à des agressions auxquelles les plus jeunes ont parfois de la peine à supporter.

Il faut pourtant que les seniors démontrent que les ans n'ont pas prise sur leur détermination et de vitalité. Ils ne doivent pas faire oublier que s'ils ont parfois de la peine à marcher, c'est qu'ils se sont tordus la cheville en faisant du jogging ou si leur peau est bronzée, c'est qu'ils ont pris un peu trop de soleil lors d'une course en montagne.

 

Ne pas jouer à l'ancien combattant

Rien n'est plus déplacé pour une personne âgée que de ressasser les anciens faits d'arme dans son métier. A la longue, cela va plutôt les desservir dans leur parcours professionnel. Il faudra pourtant le rappeler avec beaucoup de doigté, par exemple en laissant trainer sans que cela soit trop ostensible, les photos ou diplômes de ses réussites sur Internet ou contre le mur de son bureau. Mais le plus important restera de partager ses expériences, petits trucs et astuces qui facilitent le travail de ses collègues. C'est ainsi que l'on se rend indispensable.

Cela va marquer les esprits et renforcer le sentiments de ses supérieurs d'être bien intégré dans son travail et qu'il n'y a pas de rétention de savoir. Ils doivent aussi apprendre à ne pas exagérer afin de ne pas exaspérer les rivalités et jalousies. Le plus important est de montrer qu'à partir d'un certain âge, on sait aussi relever les défis les plus fous et que rien n'arrête les tempes grises quand elles le veulent.