Franz Grüter, vice-président de l'association ICTSwitzerland et membre de l'Union démocratique du centre (UDC), espère que les essais de vote par voie électronique seront suspendues pendant au moins quatre ans.

On savait déjà que Marcel Dobler (PLR) et Franz Grüter, chacun dans leur fonction de conseillers nationaux, prévoyaient de déposer des propositions en matière de vote électronique. Mais ce dernier vient de soumettre une initiative parlementaire et appelle à repousser les projets de vote électronique d'au moins quatre ans car ils n'offrent pas, selon lui, un niveau de sécurité suffisant. La seule exception touche les systèmes destinés aux Suisses et Suissesses résidents à l'étranger. Alors que Marcel Dobler milite en faveur du vote électronique, arguant que tout acte présente des risques et des opportunités. Pour lui, une sécurité à 100% est illusoire, mais on a aussi vu dans le cadre récent de vote en Valais que même le système actuel présente des faille et permet de manipuler les consultations populaires.

De son côté, Franz Grüter juge que les expériences réalisées au niveau international démontrent que le danger de manipulation est trop important pour s'y lancer encore maintenant. En manipulant un système de vote électronique, les répercussion peuvent être tellement élevées qu'elles peuvent falsifier les résultats d'une votation dans sa globalité.