La banque Vontobel lance un certificat regroupant les sociétés les plus rentables dirigées par la gent féminine.

Certaines études démontrent, entre autre une réalisée par le Credit Suisse, que les hommes prennent plus de risques et exécutent plus souvent des transactions que les femmes. Avec comme conséquence que les entreprises qui sont dirigées par ces dernières réalisent des bénéfices plus substantiels ou en tout cas dont les pertes sont moins importantes que ce serait le cas si un homme se trouverait à leur tête.

C'est cette réalité qui a incité la banque Vontobel à créer ce certificat qui mise sur l'évolution des cours de douze entreprises dont la direction ou le conseil d'administration est tenu par des femmes. La condition à remplir pour être admis dans ce certificat est que ces femmes soient au moins depuis deux ans à la barre des entreprises en question et qu'elles les dirigent avec succès. Ce dernier est mesuré à l'aune du montant des dividendes versés aux actionnaires.

Le panier de valeurs sélectionnées par la banque est constitué de douze titres issus de la liste du World Index de Bloomberg. Il faut que les entreprises sélectionnées aient versé un dividende de manière continue au cours des trois dernières années et que le rendement escompté du dividende s'avère être le plus élevé du marché.

Parmi les élues, on trouve le géant de l'agro-alimentaire Kraft Food, qui est dirigé par Irene Rosenfeld; le groupe Avon spécialisé dans les produits de grande consommation et qui compte Andrea Jung à sa tête; la société australienne Telko Telstra, avec Catherine Livingstone au poste de commandement; ainsi que le groupe chimique Dupont, dirigé par Ellen Kullmann.

Ce certificat concentré sur des entreprises dirigées par des femmes a pourtant a pourtant un tribu à payer à la banque. Une commission d'émission de 1,50 euros s'ajoute au prix d'émission. Vontobel prélève en outre une taxe de gestion de 1,6% par année. Il ne faut pourtant pas sous-estimer le risque de change lié à ce panier: la valeur de base est notifiée en francs suisses, le certificat l'est par contre en euros. Les actions des sociétés retenues dans cette sélection le sont en monnaies locales. Les fluctuations du marché des devises ont donc des répercussions directes sur le prix du certificat.