De l’entretien d’embauche au quotidien du travail: la carrière professionnelle commence avec la tenue vestimentaire. Celle-ci doit être adaptée en fonction du secteur d’activité et de la position hiérarchique que l’on vise dans l’entreprise. Les spécialistes ne sont pas avares de bons conseils.

Il est important de s’habiller en fonction de l’emploi que l’on vise et non pas pour le travail que l’on y occupera dans l’entreprise. Un conseil à retenir, mais il faut ajouter: ne soyez pas mieux habillé que votre supérieur hiérarchique. A moins que son chef ait vraiment un style bien particulier.

 

Savoir rester fidèles à soi-même

La réussite d’un entretien d’embauche et le succès professionnel ne dépendent certes pas uniquement de la tenue vestimentaire. Mais cette dernière, dès lors qu’elle n’est pas adaptée, peut faire trébucher le candidat dans son parcours professionnel. Par exemple, lorsque le recruteur, une fois l’entretien d’embauche achevé, se souvient plus des bijoux tape-à-l’œil portés par le candidat que de ses véritables atouts.

Les bijoux trop voyants, les couleurs vives sont autant d’éléments qui attirent l’attention du recruteur et l’empêchent éventuellement de se focaliser sur les compétences du candidat et ce qu’il lui a dit. Mieux vaut s’habiller discrètement tout en mettant l’accent sur un accessoire, par exemple une écharpe. Un point important: le candidat doit se sentir à l’aise dans sa tenue et elle doit souligner sa personnalité. Il est fondamental de rester authentique. Il est important de développer son propre style et de se démarquer des innombrables tailleurs-pantalons tristounets de celui de ses concurrents et permettra de conforter la position qu’on entend occuper au sein de l’entreprise.

 

La bonne tenue pour l’entretien d’embauche

Avant de se rendre à l’entretien de présentation, il est bon de consulter le site Internet de la société concernée ou, si c’est possible, son magazine interne pour savoir l’aide des photos que l’on y trouve, quel est le code vestimentaire que l’entreprise a choisi. Si les photos montrent des employés en pullover, il se peut que l’on soit éventuellement trop bien habillé si l’on se présente en complet cravate ou en tailleur.

Le code vestimentaire professionnel dépend du pays et de l’origine de l’entreprise. Il est généralement plus décontracté en Suisse qu’en Allemagne, et varie cependant selon le secteur d’activité. Dans les professions et les postes impliquant un contact avec la clientèle, une tenue assez stricte est généralement exigée, comme c’est le cas dans la banque, les assurances, la vente, le marketing et les postes dirigeants. Dans le secteur des arts, la décontraction sera de rigueur.

 

Eviter les tenues trop voyantes

Que l’on porte un complet-cravate ou une combinaison comprenant un pantalon en coton et une chemise ou une jupe et un chemisier, tous les vêtements doivent être seyants. Les manchettes de chemise doivent être impeccablement repassée et ne pas dépasser plus de 1,5 à 2 cm du veston. Le complet doit être de la bonne taille: si il est trop grand, cela fera paraître la personne plus petite, le rendra ridicule et lui donnera un air négligé.

Il faut éviter de mettre des vêtements trop colorés, à motifs trop voyants, surtout lors d’évènements professionnels importants. Le nœud de cravate doit être impeccable, la pointe de la cravate doit à peine toucher la boucle de la ceinture.

 

Chaussures et bottes: attention aux ruptures de style

Il faut être vigilant en choisissant ses chaussures car on risque facilement une rupture de style. Par mauvais temps, mieux vaut en emmener une deuxième paire. Et même quand on a l’habitude de s’habiller à la dernière mode, les femmes doivent rester prudentes: les bottes sont certes acceptées aujourd’hui dans les bureaux, mais les fameuses «cuissardes» dernier cri font un peu trop penser au film «Pretty Woman».

Par ailleurs, les chaussures à très hauts talons ne sont pas recommandés, sauf si l’on sent vraiment parfaitement à l’aise en les portant et que l’on marche avec sans difficulté. Mais il ne doit jamais dépasser quatre à six centimètres! Un talon moins haut présente l’avantage de donner l’impression d’avoir une démarche plus élancée.

 

Attention à la bonne longueur de la jupe

Tout le monde sait que c’est toujours la première impression qui compte. Lors d’un entretien d’embauche, ce sera sa cette première et unique chance. Une tenue trop aguichante est totalement déplacée, même quand on aura décroché un emploi. Par conséquent, outre les talons trop hauts, les jupes trop courtes, les robes trop collantes et les chemisiers transparents ou un soutien-gorge noir se devinant sous un chemisier blanc ne sont pas de mise.

La longueur de la jupe doit être adaptés à la taille de la personne et elle doit observer la règle suivante: l’ourlet de la jupe ne doit jamais être à plus de quatre doigts au-dessus du genou. Les femmes de petite taille sont conseillées de mettre une jupe courte, cela rallonge un peu leur taille. Avant de se rendre à un entretien d’embauche, il faut tester préalablement chez soi et s’assoir devant un grand miroir pour vérifier que l’on peut prendre une position décente. Gare aussi aux chemisiers trop décolletés ! Il faut systématiquement se demander si la tenue que l’on choisit conviendrait également à une visite chez un client ou si elle s’accorde avec sa mission.

 

Tatouages et piercings au travail

Gare aux piercings! S’ils sont fixés à son arcade, cela sera considéré comme étant tout à fait déplacé, un petit diamant au nez passe à la rigueur dans certains secteurs et selon le style de la société dans laquelle on travaille. Par contre, les tatouages ne doivent jamais être visibles. Le cas échéant, il faudra donc, couvrir ses épaules pour les masquer, même s’il fait chaud. Il faut retirer les piercings quand on se présente à un entretien d’embauche, que cela nous plaise ou non. En Suisse tout au moins et suivant la région et le secteur d'activité de l'employeur (à l'exception des banques!), les boucles d’oreilles peuvent être acceptées pour les hommes.