Marcel-Lucien GoldschmidNotre environnement socioprofessionnel est en pleine mutation. Et le monde du travail également. Comment dès lors valoriser ses compétences à leur juste valeur et choisir la bonne voie pour réussir sa carrière? Et la crise économique que nous traversons actuellement aggrave encore les choses. Interview de Marcel Lucien Goldschmid.

Par Pierre-Henri Badel

Réussir sa vie professionnelle exige de réunir les ingrédients du succès. Comme nous le rappelle quotidiennement la réalité, certains d’entre nous sont plus ou moins bien préparés à affronter leur environnement, que ce soit au travail ou dans le cadre familial. «Il existe assurément une base génétique qui prédispose à la réussite» reconnaît Marcel Lucien Goldschmid, qui organise des cours sur les clés du succès et en psychologie du management. «Ceci devient évident quand on observe les composantes de la réussite tels que le QI par exemple».

 

Le rôle de la prédestination est-il déterminant?

L’être humain peut-il être prédestiné à réussir ou, au contraire, être condamné par le sort à échouer, auquel cas rien ne sert plus à rien d’entreprendre quoi que ce soit pour essayer d’échapper à cet état misérable? Un tel postulat est catégoriquement réfuté par ce consultant en coaching et formateur en entreprise. «L’homme peut par ses efforts contribuer dans une grande mesure à sa réussite, à son apprentissage, à sa formation, etc. Il peut aussi y arriver en bénéficiant de conseils et d’un coaching» poursuit-il.

Il est indéniable que la capacité intellectuelle constitue un critère important de réussite. Mais elle n’est pas pour autant la garantie d’une carrière de rêve. On trouve en effet des battants qui transforment tout ce qu’ils touchent en or alors qu’ils ne se sont pas du tout montrés brillants à l’école. Peut-être parce que justement ils ne pouvaient pas s’y épanouir et laisser libre cours à leur imagination. «Si le QI constitue une composante importante de la réussite, il n’est de loin pas la seule.

D’autres facteurs entrent en ligne de compte tels que l’intelligence émotionnelle, les circonstances, le contexte, l’expérience, etc.» relève Marcel Lucien Goldschmid. «Le QI mesure surtout le savoir scolaire, les compétences techniques et les connaissances générales».


Dichotomie entre réussite professionnelle et personnelle

On est toujours fasciné par le rôle que tient le destin dans le chemin de vie des humains. Chacun d’entre nous connaît des histoires où la poisse colle aux basques de certains alors qu’ils avaient tout en mains pour bien réussir. Ou qui échouent lamentablement dans leur vie familiale quand bien même ils sont brillants sur le plan intellectuel ou professionnel.

«Cette question est complexe et fait appel à un grand nombre de variables et d’interdépendances entre la vie professionnelle et familiale» juge Marcel Lucien Goldschmid. «Les compétences techniques et l’expérience professionnelle peuvent favoriser la réussite d’une carrièremais pas forcément le succès personnel.

Le manque d’équilibre entre la vie professionnelle et personnelle est souvent la cause des difficultés rencontrées au niveau familial. La compatibilité entre les conjoints compte également tout comme les aspirations, ambitions, projets, objectifs et motivations de chacun». Cela peut aussi provenir d’éléments divergents quant aux repères culturels et aux valeurs, avoir trait à la mobilité, aux exigences relatives au travail, au stress, etc.

 

La réussite professionnelle se commande-t-elle?

Certains parlent de planification de la réussite professionnelle. Selon eux, tout succès est incontestablement la résultante d’une volonté – innée ou non – qui émerge très tôt dans l’inconscient de l’être humain. «Je ne sais pas si l’on peut parler de planification de la réussite. Je pense plutôt à une réflexion, à une prise de conscience des facteurs importants conduisant au succès» poursuit Marcel Lucien Goldschmid. «Cela passe par un effort constant en vue d’améliorer ses capacités, la connaissance de soi et la confiance en soi» poursuit-il.

«Nous disposons d’un énorme pouvoir et potentiel pour progresser tout au long de notre vie. Il s’agit d’identifier ses forces et ses faiblesses et d’analyser ses possibilités d’évolution. Un tel effort exige un travail personnel permanent». Pour lui, le lien entre la réussite professionnelle et la vie privée est indissociable car, pour y parvenir, on peut – ou l’on doit même – se faire aider par sa famille, ses amis, des enseignements ou des lectures. Cela peut aussi passer par un bilan de compétences, des tests psychologiques, du coaching, de la formation continue, la définition de ses objectifs à moyen et long terme.

Nombreux rechignent pourtant à le faire, craignant que, en cas d’échec par rapport aux objectifs visés en terme de carrière, cela puisse être interprété comme une défaite personnelle et une remise en cause de sa propension individuelle à gagner. Compte tenu des valeurs prévalant actuellement dans notre société, l’échec est synonyme d’une dévalorisation de l’individu.

 

L’aptitude à créer et à construire est décisive

C’est justement ces risques d’échecs qui constituent le noeud du problème. «Les causes d’échec ou de difficultés découlent le plus souvent d’un manque de prise de conscience et d’efforts pour progresser» souligne en l’occurrence Marcel Lucien Goldschmid. «Elles naissent du refus de faire appel à autrui dans la construction de sa réussite». A son avis, il est surtout regrettable qu’à l’école ou à l’université, les clés du succès ne soient pas prises en considération, pas enseignées et ne fassent pas l’objet de débats.

«Une autre erreur fondamentale consiste à croire que le succès est une question de chance. Les nombreuses études et recherches réalisées sur des personnes qui ont réussi et qui sont heureuses démontrent clairement que l’effort personnel est déterminant». Pour lui, la chance, ou plutôt les opportunités, réside dans l’aptitude des individus à créer, à construire.

Et ceux qui cumulent les échecs dans leur vie en dépit d’efforts constants sont souvent victimes de cette situation parce qu’ils ne trouvent pas la force ni les appuis nécessaires pour s’en sortir.

 

Fi des bons plans bâclés!

«Je n’utilise pas le terme de recettes miracles; mais il est certain que des critères parfaitement identifiés nous aident dans la poursuite de la réussite» notifie Marcel Lucien Goldschmid. «Pour affirmer cela, je me fonde sur des recherches empiriques et des bonnes pratiques basées sur l’évidence et non pas sur des solutions toutes faites, des bons plans présentés dans les magazines ou des approches simplistes et superficielles.

«Tout en admettant l’existence de facteurs génétiques et de circonstances limitant la réussite, le succès n’est pas aléatoire mais dépend au contraire en grande partie de son implication et de son engagement personnels» résume Marcel Lucien Goldschmid. «Dans mon coaching, j’ai l’occasion de personnaliser ces dimensions en rapport avec l’individu coaché, de dresser des bilans, de définir des objectifs, d’explorer et d’exercer différents comportements à travers des jeux de rôle, de comprendre les motivations et aspirations profondes, de repérer les obstacles qui empêchent la réussite et de montrer comment les éliminer.

 


Les douze clés de la réussite

  • Reconnaître les qualités des autres, leurs efforts, leurs réussites. Considérer les autres d’une manière positive. Respect mutuel. Intérêt pour les autres. Conduite éthique
  • Ecouter les autres. Appliquer l’écoute active: RAMER – Reformuler, Accepter, Multiples questions, Entracte (silence), Renforcer
  • Unir les forces en présence, collaborer, chercher des alliances
  • Solliciter des feedbacks sur ses comportements, ses performances
  • Se remettre en cause, se renouveler, s’ouvrir
  • Innover, imaginer, créer, s’adapter, être actif et curieux
  • Rêver, faire des projets. Objectifs SMART – Spécifiques, Mesurables, Acceptables, Réalistes, Temps limité
  • Santé physique et mentale: exercice physique, nourriture appropriée, stimulation intellectuelle, vie spirituelle, équilibre entre vie professionnelle et privée
  • Analyse et connaissance de soi, développer la confiance en soi.
  • Recherche continue d’amélioration de soi
  • Vivre sa vie pleinement, avec passion
  • Intelligence (QI) et intelligence émotionnelle (QE) – savoir, savoir-faire et savoir-être
  • Espace: créer un environnement personnel (physique et social) positif qui apporte un soutien  affectif et intellectuel

© Marcel Lucien Goldschmid


Les différents points abordés dans le cadre du programme de formation sur la réussite professionnelle

  • le triangle magique de la communication
  • le pouvoir de l’intelligence émotionnelle
  • complémentarité entre le savoir, savoir-faire et savoir-être
  • l’écoute active au coeur des relations satisfaisantes et productives
  • les quatre facteurs-clés du feedback
  • l’imagination plus importante que les connaissances
    la «work-life balance» – recherche d’un équilibre entre la vie professionnelle et privée
    l’innovation et la créativité à la portée de tous
    le rôle déterminant de la reconnaissance des autres
    transformer ses rêves en objectifs et fixer des priorités
    attendre moins et donner plus: collaborer, partager, réseauter
    la passion, la force indispensable pour l’empowerment personnel
    un environnement physique et social positif procurant soutien affectif et intellectuel
    les sept principes des personnes hautement efficaces…

Pour en savoir plus: www.management-training-coaching.ch